FLASH ACTUS2017-06-04 Fête locale | 2017-06-10 Concours de pétanque par FCBT | 2017-06-30 Feu de la Saint Jean par l’ABC | 2017-07-02 Chés Rouleux | 2017-09-10 Chés Rouleux | 2017-09-24 Chés Rouleux | 2017-11-16 Soirée Beaujolais par l'ABC | 2017-11-25 Yoga | 2017-12-01 Téléthon avec la MPT |
La minute culturelle de Petit Kangourou favori envoyer

 

 Suivez le parcours des Rouleux sur cette page : http://www.ville-blangy-tronville.fr/general/html/rouleux.php#Tarlee

 

Ps : Vous pouvez devenir donateur particulier pour aider à financer les manifestations du 22 avril 2018. En échange d’un don de 20 euros, votre nom sera fièrement affiché sur une grande affiche au centre du village, le 22/04/2018 et vous recevrez un pin’s en édition très limitée spécial centenaire. Nous avons besoin d’argent dès maintenant pour les préparations.

Si vous êtes une entreprise, vous pouvez aider financièrement les commémorations de 2018, dès maintenant. Nous avons préparé pour vous des kits promotionnels qui permettront d'afficher votre logo sur nos communications, dans le village, sous les photos exposées en 2018 etc. Contactez-nous.

 

N°17 , 14 mai 2017

Distance parcourue: 940 kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

votre petit kangourou constate avec désapprobation le comportement déplacé de certains touristes marcheux, qui feraient mieux d’aller se balader dans les jardins de Valloires, que de déambuler dans les villes indiennes, en pleine mousson, dans une tenue inconvenante, sac en plastique aux pieds.
On remarquera que ce sont souvent les mêmes qui ont ce genre de comportement (voir épisode précédent) sac plastique, bob sur la tête etc.
Résultat, samedi, les marcheux ( ce n’est pas un parti politique) jouaient dans les flaques d’eau, alors que les rouleux abattaient des centaines de kilomètres.
Tout le monde se rapproche de la côte est de l’Inde. Nous sommes en plein milieu de la mousson d’été. La mousson n’est pas qu’un pâté, c’est aussi un phénomène climatique qui se déroule deux fois par an et qui se caractérise par des précipitations énormes ; elles peuvent atteindre par endroit 10 000 mm par an.


L’incorrigible Bernard.


Nathalie accueillie dans une famille indienne.

 


Nos associations locales se mobilisent. L’ABC qui organise la réderie de dimanche prochain, en reversera le bénéfice au projet, afin que notre journée de commémoration soit une réussite.  L’ABC prendra aussi à sa charge une grande partie des frais d’impression sur bâches des photos anciennes*  montrant les Australiens à Blangy. L’ensemble vocal « Les Cordulies » répète toutes les semaines des chansons australiennes, qui seront interprétées devant son Excellence l’Ambassadeur d’Australie en France.  L’association Yoga proposera à nos invités australiens, le 21 avril 2018, un moment de relaxation après un vol de plus de 24 heures. Mon cousin, le Canard Enchainé m’informe que les politiques n’endossent pas tous des costumes hors de prix, et qu’un certain élu, à Blangy-Tronville, a reversé depuis octobre dernier, la quasi-totalité de son indemnité d’élu, pour la réussite de notre projet.
Vous aussi devenez acteur de votre fête. Vous pouvez devenir donateur particulier. Pour un don de 20 euros, vous recevrez un pins commémoratif (100 exemplaires), mais surtout votre nom s’affichera sur le panneau des remerciements. Si vous êtes professionnel, votre logo peut figurer sur cette lettre, mais aussi sur nos communications, grâce aux kits marketing que nous avons prévus (me contacter)
N’oubliez notre réunion du 17 juin, à 17 heures à la salle omnisport. Ce sera l’occasion d’expliquer le projet à ceux qui ne le connaissent pas encore, et de faire un point sur son avancement.

(*) normalement, si tout se passe bien (délai de livraison) nous devrions pouvoir vous présenter la première photo dimanche lors de la réderie.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°16 , 7 mai 2017

Distance parcourue: 153 kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

votre petit kangourou a beau avoir de grandes papattes, cela ne remplace pas pour autant des palmes.  Et bien que vous receviez cette lettre toutes les semaines, ce n’est pas pour autant un canard.
Bref, les chaussures font fiouc fiouc, ce qui est normal en cette période de mousson au bord du Gange.
Vous voici arrivés près de la ville de Sankara (28.042807, 78.576429) en Inde.

 


Je ne vous apprends rien en vous disant que le Gange  (à ne pas confondre avec le boulevard du Cange d’Amiens) est un fleuve sacré pour les Hindous, mais que c’est aussi un égout à ciel ouvert. Les cendres des défunts incinérés y sont jetées, et dans certains cas des corps entiers. Des millions de personnes s’y baignent de façon rituelle.  Les quelques rares touristes qui s’y aventurent y font provision de bactéries pathogènes (Colibacilles fécaux). La photo montre cette baignade traditionnelle, à laquelle vient de se mêler ce matin un touriste reconnaissable à son K-Way et à son bob. La couleur jaunâtre du visage de celui-ci s’explique par la propagation rapide des bactéries.

 



Pendant ce temps-là, que se passait-il de l’autre côté de la planète ?

Rappelons que le 22 avril 2018, nos commémorations débuteront par une petite collation organisée dans le parc du château de Tronville. Les villageois et leurs invités australiens y seront conviés. Il est demandé aux Blangy-Tronvillois de ne pas venir les mains vides, mais avec des petites choses à partager autour d’un café ou d’une cup of tea. Dans cet objectif, des réunions « pas-tupperware et sans catalogue » sont organisées. Elles permettent de mettre la main à la pâte en apprenant la recette de gâteaux Anzac. Votre Petit Kangourou qui se déplace très vite a pu assister avec sa caméra cachée au premier de ces ateliers.

 

 



 


Extrait de Wikipédia :

Le biscuit ANZAC est un biscuit fait de flocons d'avoine, de mélasse ou golden syrup et de noix de coco. Il est nommé en l'honneur des corps d'armée australien et néo-zélandais de la Première Guerre mondiale.
Surnommés « Soldiers' biscuits » d'abord, ces biscuits furent renommés « ANZAC biscuits » après la bataille des Dardanelles. La recette était prévue pour résister aux longs voyages de la Nouvelle-Zélande vers l'Europe.
Aujourd'hui les biscuits ANZAC sont vendus dans les supermarchés. En raison de leur lien avec les forces militaires ils sont utilisés pour recueillir des fonds pour les vétérans de la RSA et RSL (respectivement les associations de vétérans néo-zélandais et australiens). Les biscuits de la première recette, de la guerre, sont parfois mangés par les randonneurs en raison de leur longue conservation.
De nos jours des biscuits ANZAC sont encore présents dans les rations données aux militaires australiens.

 

Quelques nouvelles de l’Anzac Day et de Tarlee :

Exceptionnellement, l’Anzac Day s’est déroulé à Tarlee en présence de Mme Flora Blanchard, représentante du Consulat Français d’Adélaïde, venue saluer l’initiative de nos villages.
Le drapeau français flottait à Tarlee ce jour-là. Quelle fierté pour notre projet : « La France a une place spéciale dans les cœurs de Tarlee… »

 

 

N’oubliez pas ! Le 21 mai prochain, votre petit kangourou sera présent lors de la réderie de l’ABC pour une séance de dédicace et afin qu’on lui remplisse la poche de petits sous pour financer les commémorations de 2018.
L’ABC nous aide et finance le tirage des anciennes photos sur bâche. A votre tour aidez l’ABC en participant à la rèderie.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°15 , 30  avril 2017

Distance parcourue: 447,5 kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

votre petit kangourou s’est gelé les ….. papattes dans la nuit du 24 au 25 avril dernier, et il n’était pas le seul dans ce cas puisque huit koalas Blangy-Tronvillois ont participé au Dawn Service, lors de l’Anzac Day, au Mémorial de Villers-Bretonneux.
Cette année, peu de participants, car les Australiens se réservent pour l’année prochaine, centenaire de la bataille de Villers-Bretonneux. Néanmoins, comme à chaque fois, et quel que soit le nombre de présents, l’émotion et le respect étaient bien là.  J’ai entendu un des koalas qui m’accompagnaient dire, que plus on s’approchait de la fin de la cérémonie, plus il était ému. Un peu tête en l’air, votre petit kangourou a oublié de prendre des photos des koalas de Blangy, mais vous propose ce petit reportage photo.

Pour la première fois, la cérémonie a été ouverte par un musicien aborigène qui a joué du Didgeridoo. Cet instrument traditionnel du nord de l’Australie est fait d’une branche d’eucalyptus, creusée naturellement par les termites. Le joueur fait vibrer ses lèvres à l’embouchure. De la cire d’abeille sauvage est appliquée sur celle-ci pour protéger les lèvres du joueur.

Aborigène
La préparation du peloton de garde.

L’arrivée des drapeaux français.

Kangourou et koalas de Blangy ont eu froid, mais ne regrettent pas la participation. Rendez-vous est donné à vous tous pour l’année prochaine avec nos amis australiens.

 

Revenons maintenant au Direct !

Rouleux et marcheux vous voilà à Meerut (je n’ai pas dit à mi-route) à 50 kms de New Delhi, capitale de l’Inde, pays de 1 252 000 000 hab. Dans ce pays, les vaches sont l’incarnation d’un dieu (les Hindous en ont quelques milliers) et donc, il est interdit de leur faire le moindre tort.
Une vache peut bloquer la circulation pendant des heures. Votre petit kangourou a piraté la webcam d’une voiture de police indienne qui montre un Rouleux dans une vacheuse, pardon, fâcheuse posture, après une collision avec l’avatar d’un dieu. La vache s’est couchée sur le vélo et il faut payer l’amende et …. attendre (tendre comme du bon Charolais).


Pendant ce temps-là, nos marcheux avancent.  Certains, sur une brocante locale, ont fait l’acquisition d’une vieille photo montrant un maharaja (« Repair of lawn mower Singh ») entourée de son harem. On remarquera facilement qui est la favorite, même si à l’arrière-plan les plus jeunes (F…F..ne) tentent de ravir cette place tant enviée. A gauche sur la photo, on trouve le prince consort adoptif, qu’on ne sort pas tous les jours.

N’oubliez pas ! Le 21 mai prochain, votre petit kangourou sera présent lors de la réderie de l’ABC pour une séance de dédicace et afin qu’on lui remplisse la poche de petits sous pour financer les commémorations de 2018.
L’ABC nous aide et finance le tirage des anciennes photos sur bâche. A votre tour aidez l’ABC en participant à la rèderie.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°14 , 23 avril 2017

La semaine dernière, votre petit kangourou n’ayant pas réussi à dénouer ses gants de boxe, n’a pu vous envoyer ses bêtises habituelles. Après une semaine d’efforts intensifs, les gants sont enfin ôtés et le clavier n’a qu’à bien se tenir !

Distance parcourue la semaine dernière : 357  kms
Distance parcourue hier : 1054 kms !!!!  avec un peu d’apéro-dopage.

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

Dans un an, le grand jour tant attendu sera derrière nous.  Votre petit kangourou espère que le 22 avril 2018 aura été un jour de bonheur pour vous tous et pour nos invités australiens (qui seront encore avec nous pour quelques jours). Mais d’ici là, il y a encore à faire.
Pour commencer, il y a la participation au Dawn Service demain soir, que votre petit Kangourou vous racontera la semaine prochaine.
Ensuite, le 6 mai, il y a l’atelier de fabrication de biscuits Anzac chez Angélique Carlos. Les participants connus sont : Nathalie Havet,  Sandrine Pouille, Anne Halgand, Bernadette Vasseur, Jeannine Bonmartin. Il reste à ma connaissance deux places.
Le 17 juin, en fin d’après-midi (horaire à préciser) nous nous retrouverons tous en réunion générale (toute la population y sera conviée) pour faire un point sur les commémorations. Il y a aussi à boucler le budget, devenez donateur.

Où en étaient les Rouleux et les Marcheux dimanche dernier ?

Ils étaient bloqués à la frontière entre le Turkmenistan et l’Afghanistan et prenaient leur élan pour franchir le plus rapidement possible le prochain pays. Pour passer le temps, ils comptaient fleurette en plein désert ainsi qu’en atteste la seule photo qui nous soit parvenue (il avait plu la veille, et la végétation pousse vite). On y voit que les tenues de camouflage n’étaient pas encore adaptées ( à part le casque d’André).


Et aujourd’hui ?

Ils ont bien fait de prendre de l’élan, car ils ont réussi à franchir l’Afghanistan et quasiment tout le Pakistan (pas beaucoup plus fréquentable que l’Afghanistan). Ils sont à Lahore, à quelques kilomètres de la frontière avec l’Inde. Ils attendent de pouvoir la franchir, car ce n’est pas simple, les deux pays ne s’aimant pas trop. La photo nous montre qu’ils ne sont pas seuls à attendre.  C’est plus facile avec un verre à la main (sans alcool, religion d’état oblige). La question-mystère est « Est-ce que Foufoune pourra passer ? ».

L’Anzac Day : what’s it ?

Ceux qui ont suivi la conférence de M. Bresson le savent désormais. Mais les autres ? Et pourquoi autant d’importance pour ce jour à Villers-Bretonneux ? Votre petit kangourou vous dit tout.

L’Anzac Day est un jour de commémoration en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il se déroule chaque année, le 25 avril, depuis 1921. ANZAC veut dire Australian and New Zealand Army Corps.
En Australie, ce jour est en train de devenir aussi important, sinon plus, que le jour de la fête nationale australienne. (il y a régulièrement des débats pour en faire la fête nationale)
Il commémore le débarquement des troupes australiennes,  le 25 avril 1915 à Gallipoli  (voir la carte ci-dessous). Ce débarquement regroupait plusieurs nationalités, mais fut pour l’Australie le premier engagement en Europe. Ce fut un désastre militaire, car les fortifications turques avaient été sous-estimées. Aux pertes dues aux combats s’ajoutèrent celles dues à des défaillances logistiques (manque de ravitaillement en vivres, eau etc.). Bref, ce fut une branl… pour les alliés.


Trois ans plus tard, jour pour jour, après d’autres batailles, les forces australiennes s’illustrèrent par la reprise de Villers-Bretonneux, et par une contre-offensive qui montra le chemin de Berlin aux Allemands.
Il y a donc une coïncidence de dates entre une défaite et une victoire, mais qui toutes deux furent des actes fondateurs de la nation australienne. Ceci explique que les cérémonies de Villers et Gallipoli soient retransmises en direct à la télévision australienne.
J’espère que ceux qui accompagneront votre petit kangourou à Villers demain soir, auront l’occasion de discuter avec des Australiens. Ne soyez pas étonnés qu’un australien « récent »  vous dise, je suis Australien, et je viens voir où sont morts nos vétérans.  Même les migrants les plus récents adhèrent aux commémorations et au symbole de cette date.
Les autres années, il y a près de 10 000 Australiens à Gallipoli. Cette année, seuls 700 sont inscrits. C’est l’effet « kill cool » d’Erdogan.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

N°13 , 9 avril 2017

Distance parcourue aujourd’hui : 491     kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

Ce n'est pas une défaillance de votre ordinateur, n'essayez donc pas de régler l'image ou de redémarrer votre box. Nous avons le contrôle total de l’édition : contrôle du texte, contrôle des photos. Nous pouvons aussi bien vous donner une image fausse qu'un texte vrai. Pour l'heure qui vient, asseyez-vous tranquillement. Nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et lire. Vous allez participer à une grande aventure et faire l'expérience du manque de sérieux de « La minute culturelle de Petit Kangourou». 

 

Des plaintes ont été formulées auprès de notre rédaction comme quoi le groupe de petits marcheux n’aurait pas assez le droit à la une de votre hebdomadaire préféré. Votre Petit Kangourou a donc suivi ce matin l’expédition dominicale la plus courte. Il rougit encore d’avoir appris qu’à l’entrée de Glisy il y a un endroit où il est possible d’observer des Ouh la la (magna ablatisque testiculis) . La décence m’interdit de vous expliquer de ce dont il s’agit. Je vous invite à contacter le Pr Lannoy, spécialiste de cette espèce et qui est le premier à avoir signaler sa présence dans les environs.

Revenons à l’expédition de ce matin. Les petits marcheux ont eu des problèmes de gaz.

 


En plein milieu du désert turkmène, les participants ont découvert un énorme trou d’où sort en permanence du gaz naturel. Celui-ci est enflammé, ce qui donne un joli effet nocturne.
Il s’agit du cratère de Darvaza.  L’endroit, aussi appelé la Porte de l’enfer, est situé dans un champ de gaz naturel. En 1971, des ingénieurs soviétiques détectèrent la présence de la nappe de gaz et commencèrent un forage. Mais badaboum, le sol s’est effondré sous le poids du matériel de forage, ouvrant un cratère et le gaz a été libéré dans l’atmosphère. Face au danger pour l’environnement, les ingénieurs mirent le feu au gaz pour s’en débarrasser en quelques semaines. C’était il y a 46 ans et ça brule toujours (les « Feux de l’Amour » durent depuis 44 ans)
En regardant la photo, on notera que le sol a toujours tendance à s’enfoncer sous le poids des plus lourds situés en milieu de groupe.

De son côté le groupe des grands marcheux a suivi un autre itinéraire pour arriver dans la réserve naturelle de l’Amou-Daria  (à ne pas confondre avec les Amours d’Ariane). Ce fleuve coule de l’Himalaya pour se jeter dans la mer d’Aral. Cette mer intérieure est en train de disparaître car les captages d’eau dans les fleuves qui l’alimentent sont excessifs. Voir la semaine dernière le phénomène inverse avec le lac Sary Kamysh.

Pour traverser ce fleuve, il a fallu emprunter un bac très couleur locale.


L’autre groupe les rejoignait par un pont…


Et bientôt Grands et Petits Marcheux ne firent plus qu’un groupe avec les Rouleux.


Ils s’aimèrent beaucoup et eurent beaucoup de petits blangy-tronvillois.  (on remarquera au passage que l’architecture au Turkménistan n’est pas si différente de celle de chez nous)

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

PS : Il reste deux places pour l’atelier de fabrication des Anzac biscuits du 6 mai.
PS 2 : Anne, s’il te plaît, évite de mettre des brins d’herbe dans le nez de Bernard. Depuis la photo de groupe, il ne cesse d’éternuer.
PS 3 : Philippe, pourrait-on avoir des nouvelles de Léonidas ?
PS 4 : André et Fabrice, pourrait-on avoir des nouvelles de la chamelle ?
PS 5 : Sony ne l’a pas encore sorti.

N°12 , 2 avril 2017

Distance parcourue aujourd’hui : 582     kms

Rouleux et Marcheux,

votre petit kangourou est bluffé par le kilométrage de ce matin. Comme vous avez bien marché et roulé, vous avez vu plein de choses en une seule matinée !

Vous avez ainsi traversé la réserve naturelle de Ustyurt  en en prenant plein les mirettes tant le paysage est extraordinaire.


Certains panoramas sont dignes de John Ford, mais il n’y pas de peaux-rouges. Bien qu’on puisse y trouver de drôles d’indiens parcourant le désert à la recherche d’une bière (au second plan).

Peu de gens vivent ici, car les températures sont extrêmes : +41 l’été, mais aussi -41 certaines nuits d’hiver.
Dans le désert, vous avez vu des ballons de foot abandonnés. Vous avez bien fait de ne pas taper dedans car il s’agit de pierres parfaitement rondes.

http://caravanistan.com/wp-content/uploads/2013/02/valley-of-balls.jpg

Kazakhstan, c’est fini ! ça sonne moins bien que Capri pour la rime, mais on a pas le temps de passer par l’Italie.
André et Fabrice ont dû abandonner leur copine poilue qui n’avait pas les papiers nécessaires pour passer la frontière. Fabrice pour montrer sa désapprobation a fait grève ce matin.

Vous êtes maintenant dans l’Ouzbekistan, au bord du lac Sary Kamysh. Il est légèrement salé, et contrairement à d’autres lacs de la région, il est de plus en plus grand, bien qu’on ne soit pas au Boukistan.


Sa traversée, la semaine prochaine, ne devrait pas poser de problème, malgré ses 40 m de profondeur.

En attendant, les Rouleux se sont inscrits à un stage de construction de Yourte, accueillis par le Conseil Municipal local. Première leçon, pas besoin de Yaourtière pour monter une yourte.

 

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

 

N°11 , 26 mars 2017

Distance parcourue aujourd’hui : 189     kms

Rouleux et Marcheux,

votre petit kangourou a créé la curiosité la semaine dernière avec son histoire d’avion qui ne vole pas. Certains ont cru à une blague. Pas du tout, le 1er avril n’est pas encore arrivé. Si le Monstre de la Caspienne s’est écrasé en 1980, d’autres Ekranoplans sont visibles, statiques, en train de pourrir en différents endroits de l’ex-URSS. 

Ainsi, cet autre modèle, plus petit, était armé de missiles sur le dos. Il est récent, puisque fabriqué en 1987, mais la chute de l’URSS a eu raison de lui.
Il pourrit désormais dans le port de Kaspiisk  (taper 42.881625, 47.657064 sur Google Maps pour le voir)

Soviet missile ekranoplan Lun aircraft, Russia photo 23

Revenons à nos Marcheux et Rouleux. Piètre distance ce matin, mais explicable et excusable puisque la visite guidée du Mémorial de Villers-Bretonneux et de celui de Le Hamel avait détourné une partie des participants habituels.
La distance parcourue a permis de sortir de la Mer Caspienne, tout juste, et de toucher terre à Fort Schewtschenko, au Kazakhstan. Vous allez avoir le temps d’y sécher, vu qu’il n’y a rien à y faire ou presque. Le Kazakhstan est un grand pays de steppes, qu’autrefois peuplaient des cavaliers nomades.
Le pays est indépendant depuis 1991. Les habitants s’appellent les Kazakhs ou les Kazakhstanais.
Vous pourrez aussi y rencontrer un animal bizarre (tout ce qui ne saute pas et qui n’a pas de poche me semble bizarre) qui s’appelle le chameau de Bactriane. Il faut savoir que dans mon pays, il y a aussi des chameaux, car les colons qui se lancèrent à la découverte de l’intérieur de l’Australie en importèrent comme animal de bât, parfaitement adapté au désert du centre de l’Australie.
Mais attention, le chameau peut devenir envahissant.


Nos Rouleux, en route vers l’Australie, se font de nouvelles amies (c’est une femelle).


La location des Rouleux pour la semaine qui vient, avec les groupies locales.

Heureusement le groupe de la visite guidée a été rejoindre nos Rouleux qui commençaient à se morfondre, n’ayant pas trouvé de dictionnaire Blangy-Tronvillois / Chameau.


Le groupe a pu faire la connaissance du sympathique Major Coburn de l’Armée australienne et a apprécié les commentaires de notre guide tout aussi sympathique, M. Sylvestre Bresson.

 

Un peu d’histoire Blangy-Tronvilloise :

La semaine dernière, je vous demandais où se situe cette photo :


Votre fourbe Petit Kangourou n’avait laissé aucun indice. Donc personne n’a pu trouver… vraiment fourbe !
Ce réseau de tranchée se trouve derrière le lotissement du Moulin, parallèle au Chemin d’Amiens.

 

 

Cette semaine, il n’y aura pas de devinette au sujet des tranchées car je n’arrivais pas à bondir assez haut pour prendre les photos. A la place, je vous annonce que le 17 novembre prochain, aura lieu à Blangy, une conférence sur l’archéologie de la Grande Guerre.
Save the date !

 

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

 

 

 

N°10 , 19 mars 2017

Distance parcourue aujourd’hui : 395  kms

Rouleux et Marcheux,

votre petit kangourou est le fils spirituel du grand marabout Al Gan. Il y a deux semaines, il vous prévenait qu’il faudrait apprendre à nager. Pour autant, il n’est pas le fils de Mme Soleil et il s’est un peu planté dans le timing. Donc cette semaine, un peu en retard, vous avez fait connaissance avec la mer Caspienne (qui n’est pas l’épouse du père casse-pied).

Il a d’abord fallu traverser la ville d’Astrakan, connue pour la fourrure d’agneau Karakul qui porte le même nom. A part cela, l’intérêt de la ville… on s’en fiche, on a encore de la route à faire.  Hum hum, les filles, c’est fini l’essayage des chapeaux en astrakan. Il faut y aller maintenant.

Astrakan

Il a ensuite fallu approcher de l’eau, et trouver un pedalo digne des rouleux (Tous capitaines de pédalo !).

Pedalo

Pour l’instant la traversée se déroule bien, mais il y a quelques années vous auriez pu y rencontrer le Monstre de la Caspienne. Il ne s’agissait ni d’un cousin de Dracula, ni du frère de Nessie, mais d’un ekranoplan (экранопла́н ).

Oh la la, Petit Kangourou utilise des drôles de mots.
Normal qu’un drôle de mot désigne un drôle d’engin. Ce truc était un avion à effet de sol, c’est-à-dire qu’il ne volait pas vraiment comme un avion, mais décollait de quelques mètres au-dessus du sol ou de l’eau en s’appuyant sur le flux d’air qui passait sous ses ailes. La forme des ailes n’est donc pas celle des avions. Les russes développèrent plusieurs modèles d’ekranoplans afin de transporter des charges très lourdes (essentiellement militaires) à grande vitesse.
Le KM, petit nom du monstre de la Caspienne fut construit en 1966, long de 100 m il pesait ….550 tonnes. 10 réacteurs le propulsaient à 550 km/h.

Monstre de la Caspienne

Monstre de la caspienne

Bref, vous avez échappé à la collision avec ce qui semble tout droit sorti des « Sentinelles de l’air ». Même les plus vaillants des Rouleux n’auraient pas pu pédaler assez vite pour y échapper.

Sentinelles

Les Rouleux se prenant pour les Sentinelles de l’Air.

 

J’ai dit que pour l’instant la traversée se déroule bien, car en effet vous vous êtes arrêtés au milieu de l’eau.

 

Un peu d’histoire Blangy-Tronvilloise :

La semaine dernière, je vous demandais où se situe cette photo :

cid:image006.jpg@01D29C3E.F0A905C0


Seule Madame Halgand a trouvé la bonne réponse, sans fouiller dans la poche de son Kangourou. Le petit piège est que la tranchée se trouve très légèrement en dehors de la zone couverte par la carte affichée habituellement. Le Kangourou peut être fourbe, et filer des uppercuts et des coups en vache.
Nous sommes donc entre le lieu-dit « Bellevue » et la route de Petit-Blangy à Boves. Le réseau de tranchées y est dense.

Mais cette semaine, ce sera moins facile. Mme Halgand, Messieurs Bouteille et Decle conserveront-ils leur titre ?

 

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

Ps : Vous pouvez devenir donateur particulier pour aider à financer les manifestations du 22 avril 2018. En échange d’un don de 20 euros, votre nom sera fièrement affiché sur une grande affiche au centre du village, le 22/04/2018 et vous recevrez un pin’s en édition très limitée spécial centenaire. Nous avons besoin d’argent dès maintenant pour les préparations.
Il est toujours possible de souscrire pour l’album illustré inspiré de la vie du soldat Stribling qui paraître en avril 2018.

 

 

N°9 , 12 mars 2017

Distance parcourue : 407    kms

Mes petits Rouleux (et Marcheux),

Votre petit kangourou a fait un faux mouvement et le message est parti avant qu’il ne soit terminé (voir même commencé). J’voudrais vous y voir moi ! Taper sur un clavier avec des gants de boxe, c’est pas facile.
Je disais donc que Petit Kangourou est content de vous annoncer que la troupe des marcheux est arrivée à Elista, village bien connu pour une chanson :

Elista, Elista
Elista saute-moi* au cou
Elista, Elista
Elista cherche-moi des poux,

(*) Normal pour un Kangourou

Nos matriochkas marcheuses sont donc arrivées les premières devant la pagode des 7 jours. Bien qu’on soit au sud de la Russie, Elista (Elista, Elista, Elista les autres on s'en fout..) est une ville orthodoxe et bouddhiste. Plantée au milieu d’une steppe, cette ville fut le point extrême atteint par l’armée allemande durant la seconde guerre mondiale (on ne la remerciera pas de cet exploit).

Rouelux

Mais d’exploit, il est bien question avec l’arrivée de nos marcheuses émérites, et aussitôt le folklore local en fait une légende. D’ores et déjà, vous pouvez commander en ligne la nouvelle série commémorative de poupées russes.

 

Roueux

Et pendant ce temps-là, où est passé le copain de Léonidas ? Si quelqu’un a des nouvelles qu’il se manifeste.

A l’arrivée, ce midi, j’ai ouï dire que même sans les grecs, il se passait des drôles de choses durant ces randonnées et que la nature en conservait les traces :

Rouleux

Quand je vous disais que ce village de Russie était chaud !


Elista cherche-moi des poux,
Enfonce bien tes ongles,
Et tes doigts délicats
Dans la jungle
De mes cheveux Lista

Et les autres Rouleux ?

Roueux
Ils sont tout simplement contents d’être sortis de la mine de sel, attraction touristique locale bien connue.

Un peu d’histoire Blangy-Tronvilloise :

La semaine dernière, je vous demandais où se situe cette photo :

Rouleux
Messieurs Decle et Bouteille ont été rapides à la situer Chemin de Cachy.

Roueleux

Mais cette semaine, ce sera moins facile. Conserveront-ils leur titre ?

 

Roumeux

 

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

Ps : Vous pouvez devenir donateur particulier pour aider à financer les manifestations du 22 avril 2018. En échange d’un don de 20 euros, votre nom sera fièrement affiché sur une grande affiche au centre du village, le 22/04/2018 et vous recevrez un pin’s en édition très limitée spécial centenaire. Nous avons besoin d’argent dès maintenant pour les préparations.
Il est toujours possible de souscrire pour l’album illustré inspiré de la vie du soldat Stribling qui paraître en avril 2018.

 

 

 

 

N°8 , 5 mars 2017

Distance parcourue : 296    kms

Mes petits Rouleux (et Marcheux),

Votre petit kangourou, ce matin, a chié dans les bottes (veuillez excuser de la traduction approximative de l’Australien). Alors que Rouleux et Marcheux allaient vers l’est, votre macropodidé préféré à fait demi-tour pour revenir au point de départ.
Il voulait s’assurer que des malfrats sachant qu’il y a une ruée vers l’est des forces vives de Blangy n’en profitent pas pour voler l’école Victoria et le Mémorial Australien de Villers. Rassurez-vous, ils sont toujours en place. Mais pour sa défection, P’tit Kangoo (ça c’est un clin d’œil au garage Ducroquet un de nos partenaires)  a subi une bourrasque de vent, de pluie, de grêle. De quoi à ne pas sortir un p’tit gourou de sa poche.  Votre marsupial pense après inspection qu’il vaut mieux attendre la réouverture, après travaux, du musée australien pour le visiter. Ce que nous proposerons aux habitants du village bientôt.

Et pendant ce temps-là les forçats de la route et du GR avançaient lorsqu’ils avaient le vent dans le dos, et reculaient le restant du temps. Après avoir tiré quelques bords, ils ont (enfin !) franchi la frontière entre l’Ukraine et la Russie. Il n’y a pas de pertes à déplorer, mais l’état psychologique et physique des Rouleux s’est détérioré depuis le départ. On retrouve notre héros grec abattu d’avoir quitté son ami Léonidas (cf épisodes précédents), un André qui n’a pas encore digéré les choux ukrainiens, un Brieuc en train de les digérer et un Jean-Michel, heureux de les avoir enfin digéré. On remarquera que le paysage russe est très différent de celui de l’Ukraine de la semaine dernière (A le regarder on comprend l’intérêt de la Vodka).

 

Nos vaillants marcheux et rouleux sont arrivés à Ростов-на-Дону, plus connu sous le nom de Rostov-sur-le-Don (à ne pas confondre avec Rostock, au nord de l’Allemagne).
La ville est connue pour avoir été le théâtre de combats acharnés entre nazis et russes. La ville fut plusieurs fois prise puis libérée. En août 1942, les nazis s’y distinguèrent en massacrant 27 000 personnes, majoritairement juives. Un mémorial perpétue le souvenir du pire massacre de la Shoah sur le territoire soviétique.

 

Rostov est une belle ville, surtout depuis que les habitants nous ont volé le Carlton d’Amiens.

 

 

Un peu d’histoire Blangy-Tronvilloise :

Comparons cette carte allemande de 1918, qui montre les positions alliées et des photos aériennes de nos jours. Sur la carte de 1918 , les traits rouges en zig zag représentent les tranchées

 

 

Et de nos jours qu’en reste-t-il ?

 

Arriverez-vous à situer cette tranchée ? J’attends vos réponses.  (la solution sera donnée la semaine prochaine... peut-être... si j'ai des réponses)

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la semaine prochaine, préparez-vous à faire du pédalo, ou apprenez à marcher sur l’eau.

 

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°7 , 26 février 2017

Distance parcourue : 311   kms

Mes petits Rouleux (et Marcheux),

Votre petit kangourou a un peu mal aux pattes d’avoir parcouru 12,7 kms. Essayez un peu de faire ça en sautant et en se recevant chaque fois sur l’appendice caudale (non, je ne l’ai pas dit ! bande d’esprits mal placés !)

Ce matin, lors du rendez-vous, nous  vîmes arriver un Don Quichotte portant sa Rossinante. Malheureusement, aucune photo n’a permis d’immortaliser ce moment unique.

Après une matinée épargnée par la pluie annoncée, nous sommes arrivés près d’une grande ville ukrainienne. Elle s’appelle Дніпро (Dnipro), mais jusqu’en 2016, elle s’appelait Dnipropetrovsk. Les Ukrainiens jugèrent à ce moment-là que le nom rappelait trop la période communiste et le raccourcirent.
C’est une ville d’un million et demi d’habitants, sur le fleuve Dniepr, ce qui nous change des bleds paumés des semaines précédentes.  Dans cette ville, il y a de belles choses à voir, mais nos Rouleux, la tête dans le guidon (surtout celui à droite sur la photo), se sont perdus dans la banlieue de la ville. Heureusement, le Conseil Départemental de la Somme avait bien fait les choses. Grâce à des panneaux indicateurs positionnés avec justesse, ils purent rejoindre le local des Rouleux où les attendait une bière bien fraîche. Un gringalet de Rouleux confiait néanmoins à votre serviteur boxeur que la dernière côte de Dnipro avait été éprouvante et que la bière était trop forte pour lui. Le dopage de l’Est n’est plus ce qu’il était !

 


Et pendant ce temps-là, les Marcheux déambulaient du côté de l’Amazonie  (il faudrait vraiment mettre de bonnes piles dans le GPS pour éviter de tels écarts de trajectoires)

L’Amazonie, vue du ciel, hier après-midi.


Dernière minute, nous avons retrouvé notre héros grec en train de se marrer avec son pote Léonidas (voir éditions précédentes).

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

N°6 , 19 février 2017

Distance parcourue : 375   kms

Mes petits Rouleux (et marcheux),

Votre petit kangourou bondit de joie en voyant le nombre de kilomètres parcourus aujourd’hui, et en particulier par les marcheux.
A part un GPS qui ne fonctionnait pas faute de piles et deux crevaisons, pas d’incident notoire à signaler. La traversée des villages ukrainiens s’est bien déroulée.
On note toutefois la défection d’un Rouleux éminent, vexé des remarques désobligeantes de quelques grecs thermopyliens (voir l’édition précédente de votre hebdo préféré). Ceci pourrait nous amener à un grave incident diplomatique avec la Grève antique. A suivre. En attendant faites attention aux tirs de moussaka.

Rouleux et marcheux, vous voilà à Медвин (Medvyn en picard), village parsemé de quelques étangs, où il fait bon pêcher, en buvant un peu de vin de Crimée, fabriqué à partir de poudre allongée d’éthanol (dangereux).  Le seul point remarquable de ce village est sa station-service dont les ombres sont étrangement disposées, ce que n’ont pas manqué de remarquer les marcheux.



A l’arrivée, Marcheux et Rouleux s’enquirent de savoir où se trouvait la centrale de Tchernobyl. Pas de souci à avoir, de sources sûres, elle se trouvait à plus de 200 kms au nord. Elle est devenue inoffensive et personne n’en subit plus les effets … bien que…

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

 

N°5 , 11 février 2017

Distance parcourue : 200 kms

Mes petits Rouleux (et marcheux)

Votre petit kangourou se doit de vous présenter un voisin. Possum est venu la nuit dernière dans le jardin d’un ami-correspondant australien qui m’a aussitôt envoyé cette photo.
Il est venu accompagné de son bébé qu’il porte sur le dos, contrairement aux femelles de mon espèce qui le porte dans une poche ventrale (celle qui me sert pour ranger mon crayon).
L’opossum est un marsupial, vivant dans les arbres et qui se sert de sa queue préhensile pour s’agripper aux arbres…

Pour revenir à notre sujet principal, je vous avais prévenu qu’il y aurait des chutes. Et bien non, pas de chutes d’obus, ni de gamelles !
Pour les obus, il faudra se méfier en allant plus à l’est en Ukraine.

Ce matin, les marcheux ont fait fort (136 kms), motivés par la traversée rapide de l’Ukraine (qu’est-ce que cela va être pour le chemin à travers l’Afghanistan !).
Les Rouleux ont été petits faiseux avec 64 kms, MAIS A DEUX - respect !!  . Tout cela nous rapproche néanmoins de Tarlee. Et nous sommes à Staryi Kokoriv.
Franchement, arrêtez-vous là où il y a quelque chose, sinon on se retrouve avec le spectacle affligeant suivant :

 

 

alors que le paysage intéressant se trouve juste derrière !

La ville de Ternopil, qu’il ne faut pas confondre avec Thermopyles, lieu d’une célèbre bataille en 480 av JC. et située en Grèce, est une ville très ancienne avec un patrimoine architectural très riche.

Photo 1
Le conseil de cette semaine est qu’il faut éviter les erreurs, les mélanges historiques (uchronies) sinon on en arrive à ce genre de situation gênante pour les générations futures :

 

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

Ps : Vous pouvez devenir donateur particulier pour aider à financer les manifestations du 22 avril 2018. En échange d’un don de 20 euros, votre nom sera fièrement affiché sur une grande affiche au centre du village, le 22/04/2018 et vous recevrez un pin’s en édition très limitée spécial centenaire. Nous avons besoin d’argent dès maintenant pour les préparations.

 

 

N°4 , 05 février 2017

Distance parcourue : 333 kms

Mes petits Rouleux (et marcheux)

Votre petit kangourou a dû chercher profondément dans sa poche pour vous retrouver. Vous êtes à Adamovka, célèbre pour rien du tout.
Il ne faut pas confondre cet Adamovka de Pologne avec d’autres Adamovka (et non Adamvodka) situés en Russie. Vous êtes à 30 kms de la frontière avec l’Ukraine, dans la région des Basses-Carpates et il fait froid dans cette région (-3° en ce moment car le climat est continental : très froid l’hiver, et chaud l’été).
Les atouts touristiques sont peu nombreux, et si vous voulez y séjourner (drôle d’idée) vous ne vous plaindrez pas de la pression touristique. Mais allez faire un tour à Rzeszow, jolie ville moyenne qui, jusqu’en 1918 faisait partie de l’empire autrichien. C’est dire si cette région a subi de nombreux bouleversements puisqu’ensuite les soviétiques la réclamèrent, jusqu’en 1921 ; avant qu’en 1945, elle ne se retrouve, comme tout le reste de la Pologne, de l’autre côté du rideau de fer, jusqu’à la chute de celui-ci.

Image illustrative de l'article Rzeszów
(source : wikipedia)


Même pas froid ! Dédé en train d’expliquer qu’il ne s’agit pas de Saint-Domice.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

Ps : la semaine prochaine, n’oubliez pas vos casques, ce sera la traversée de l’Ukraine, et on annonce des risques de chutes … d’obus.

 

N°3 , 29 janvier 2017

Distance parcourue : 231 kms

Votre petit kangourou est un peu affligé, non à cause de la distance parcourue ce matin, mais du fait que vous êtes arrêtés au milieu de rien. Pas facile pour votre serviteur bondissant de parler de rien. Il va falloir rebondir.

La bonne nouvelle est que vous êtes en Pologne, et que le nom du village où êtes pourrait rapporter pas mal de points au Scrabble (si les noms propres étaient acceptés) : Krapkowice !
Cette petite ville (17 000 hab.) se situe sur le fleuve Oder, qui, un peu plus au nord, devient la frontière entre l’Allemagne et la Pologne.

http://krapkowice.pl/download/94/003krapkowice_rynek.jpeg
http://krapkowice.pl/download/96/032krapkowice_baszta-z-murami-obronnymi.jpeg

(source : site de la commune)


Les rues de Krapkowice sont propices aux crevaisons à répétition (désolé pour la qualité, la photo a été prise avec un téléphone).

Dans la région de Krapkowice, une faible minorité de personnes parle encore allemand (reste des Sudètes, voir Petit Kangourou n°2)

D’ici la semaine prochaine, vous avez le temps de découvrir ce sud de la Pologne, et deux villes situées à faible distance :

Czestochowa  est un centre de pèlerinage international, connue pour sa « Madone noire », qui aurait été peinte par Saint-Luc lui-même.

Katowice est une très grande ville qui a fait sa richesse par l’exploitation des mines de charbons qui l’entourent. Elle est connue pour son architecture mélangeant des styles différents.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°2 , 22 janvier 2017

Distance parcourue : 261 kms

Bravo aux participants qui ont bravé la température sibérienne de ce matin (-10°c), même si la distance parcourue aujourd’hui n’a pas permis de rattraper le petit retard de la semaine dernière.

Votre petit kangourou avait prévu que les messieurs traineraient un peu dans Prague (magnifique), et pas que pour l’architecture, et effectivement, Prague est dépassée, mais de peu.  Vous voici donc en pleine campagne tchèque, en Bohème.

La Tchécoslovaquie fut formée à la fin de la première guerre mondiale, sur les ruines de l’empire austro-hongrois, perdant de la première guerre. Entre les deux guerres, le pays se développe mais reste tiraillé entre diverses minorités ethniques.
Un pseudo besoin de protéger la minorité allemande ( les régions dites des Sudètes) servira de prétexte aux nazis pour entrer en Tchécoslovaquie. L’Allemagne annexera un tiers du pays et en fileront un autre bout à ses  potes hongrois.
A l’issue de la seconde guerre, le pays complètement éclaté duquel les minorités allemandes ont été virées, se ressoude en république. Les communistes prennent le pouvoir en 1948 avec l’appui de l’URSS.

Afficher l'image d'origineEn 1968, Dubcek allège le régime, mais ce n’est pas du goût des soviétiques qui envoient les chars.

En 1989, peu après la chute du mur de Berlin et du rideau de fer, lors de la « Révolution de velours », le parti communiste abandonne le pouvoir.

Le pays se scinde en deux le 31 décembre 1992. La République Tchèque est membre de l’Union Européenne depuis 2004, c’est pourquoi ce matin vous n’avez pas eu besoin de visa.
(Photo : Le Figaro.fr)

 

Afficher l'image d'origine

(Photo : www.voyage-prague.com)


Allez semaine prochaine, rendez-vous dans le sud de la Pologne.

 

N°1 , 15 janvier 2017

Distance parcourue : 355 kms

Hello les Rouleux

Bravo pour la performance d’aujourd’hui, qui malgré le peu de participants, a permis de maintenir le rythme. Il y a un insignifiant retard par rapport au parcours idéal.

Vous êtes arrivés du côté de Bayreuth en Allemagne.

Bayreuth est une ville de Bavière, un peu plus petite qu’Amiens, située pas très loin de la frontière avec la République Tchèque.
Cette jolie ville est très connue des amateurs de musique classique, car le compositeur Richard Wagner y composa. Chaque année, un festival Wagner, de réputation internationale, s’y déroule.

La semaine prochaine, vous passerez la frontière de la République Tchèque, résultat de l’éclatement en deux pays de l’Ex-Tchécoslovaquie. Vous passerez pas loin de la magnifique ville de Prague.
Pour les messieurs ne vous laissez pas distraire par les jolies filles de l’est.

 

Partenaires des Rouleux


(sources des illutrations de route Google maps, wikipedia, geoportail, photos des rouleux et marcheux)