FLASH ACTUS2017-09-12 Page spéciale Visite du Premi... | 2017-09-24 Chés Rouleux | 2017-11-16 Soirée Beaujolais par l'ABC | 2017-11-25 Yoga | 2017-12-01 Téléthon avec la MPT |
La minute culturelle de Petit Kangourou favori envoyer

 

 Suivez le parcours des Rouleux sur cette page : http://www.ville-blangy-tronville.fr/general/html/rouleux.php#Tarlee

 

Ps : Vous pouvez devenir donateur particulier pour aider à financer les manifestations du 22 avril 2018. En échange d’un don de 20 euros, votre nom sera fièrement affiché sur une grande affiche au centre du village, le 22/04/2018 et vous recevrez un pin’s en édition très limitée spécial centenaire. Nous avons besoin d’argent dès maintenant pour les préparations.

Si vous êtes une entreprise, vous pouvez aider financièrement les commémorations de 2018, dès maintenant. Nous avons préparé pour vous des kits promotionnels qui permettront d'afficher votre logo sur nos communications, dans le village, sous les photos exposées en 2018 etc. Contactez-nous.

Nos partenaires :

Paul Sergeant cid:image011.jpg@01D29C3E.F0A905C0 cid:image012.jpg@01D29C3E.F0A905C0

N°27, 20 aout 2017

Distance parcourue: 313 kms

Pour lire les épisodes précédents : http://www.ville-blangy-tronville.fr/general/html/La_minute_culturelle_de_petit_kangourou.php

 

Rouleux, Marcheux, Donateurs, Sponsors et autres lecteurs de plus en plus nombreux,


Si à Bangka il y avait de l'eau, mais pas trop, la distance parcourue ce matin, aurait dû nous ramener encore en pleine mer. Rien d'anormal, dans la mesure où notre jolie planète est couverte à plus de 70% par des mers ou des océans.

Mais avant de vous raconter où finalement vous vous trouvez, j'ai une nouvelle très importante à partager avec vous. Je vous suggère même de la faire connaître le plus largement possible dans notre village et parmi vos amis.

Breaking News

Le 10 septembre prochain, le Premier Ministre de l'Australie du Sud a demandé à venir visiter Blangy-Tronville et à rencontrer la population et les personnes travaillant sur le projet de commémorations (et en particulier sur le renommage de l'école).

The Premier of South Australia, The Honourable Jay Weatherill MP, will be visiting France in September 2017. The Premier would like the opportunity to visit Blangy-Tronville on Sunday 10 September 2017 and meet with the Mayor, yourself and the
local residents to acknowledge the renaming of the school.

L'Australie est un pays fédéral, divisé en six états, chacun ayant son propre gouvernement. L'Australie du sud se trouve au … sud de l'Australie (bravo) et est grand comme 1,5 fois la France. La population n'est que de 1,7 millions d'habitants.
Le village de Tarlee, d'où est originaire le soldat Stribling se trouve dans cet état.

L'état n'est pas le plus riche d'Australie, mais est très actif. Les 12 sous-marins vendus par la France seront construits à Adelaïde, capitale de l'Etat, à 70 kms de Tarlee. C'est dire l'importance des liens qui se tissent actuellement entre la France
et cet Etat. Une représentante permanente du gouvernement d'Australie du Sud en France, vient d'être nommée. Ce sera notre contact pour la préparation de la visite du "Premier".

Pour l'instant, nous ne savons pas combien de temps le Premier restera dans notre village, ni si la visite aura lieu le matin ou l'après-midi. Ce qui est certain, c'est qu'il sera important d'être le plus grand nombre à l'accueillir, en famille, afin de montrer
l'intérêt et le respect que nous avons pour ceux qui, il y a 100 ans, combattaient et mourraient en France. Des détails seront donnés ultérieurement sur le timing de cette visite exceptionnelle.

Au sujet du "Premier" d'Australie du Sud : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jay_Weatherill

Retenez la date du 10 septembre prochain.



Revenons maintenant à notre périple.

Afin d'éviter d'avoir à vous fournir des palmes, vous avez été déroutés vers le sud de la grande île de Sumatra, et le Parc National de Way Kambas.
Ce parc abrite quelques tigres de Sumatra (pour faire accélérer les rouleux), des rhinocéros de Sumatra et des éléphants (d'Asie bien évidemment); animaux qu'on ne trouve nulle part ailleurs.
L'espèce du Rhinocéros de Sumatra est la plus petite parmi les diverses espèces de Rhinocéros du monde. Il est en grand danger d'extinction.
Ce n'est guère mieux pour le Tigre de Sumatra, dont la population est estimée à moins de 500 individus.
La raréfaction de ces animaux est essentiellement due à la destruction de leur habitat par l'homme, afin de transformer ces espaces en zones de culture. La chasse de ces espèces est interdite, mais les villageois qui s'installent sur les nouvelles zones déboisées pratiquent parfois le braconnage.

ElephantsL'Eléphant d'Asie est largement domestiqué, mais il reste quelques rares populations d'éléphants sauvages, dont celle du Parc. Le Parc a ouvert un orphelinat pour les éléphanteaux sauvages. http://www.siesfund.org/better-lives-for-elephants.html
Le Parc présente également de nombreux éléphants domestiqués.


















D'ici à la semaine prochaine, vous aurez le temps d'aller à Kiluan Bay. Ce lieu magnifique est particulièrement prisé pour l'observation des dauphins.

Duaphins

Notre reporter photographe, ayant oublié de changer la pellicule de son appareil-photo, n'a pas pu nous fournir de photos montrant les marcheux et rouleux.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

N°26, 13 aout 2017

Distance parcourue:    513 kms

Pour lire les épisodes précédents : http://www.ville-blangy-tronville.fr/general/html/La_minute_culturelle_de_petit_kangourou.php

 

Rouleux, Marcheux, Donateurs, Sponsors et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

 

Votre serviteur est heureux d'accueillir un nouveau partenaire de nos commémorations "1918 – 2018 Les Australiens à Blangy-Tronville". Les Ets Sergeant nous aident financièrement pour préparer le 22 avril 2018.

La grande nouvelle de la semaine, pour tous, est le passage de la ligne. Vous allez me dire que les voitures les plus modernes ont des systèmes pour prévenir un franchissement de ligne et que nous ne devrions pas avoir de motif de satisfaction à en franchir une, d'autant que celle-ci, est continue sur plus de 40 000 km.


Alors qu'en penser ? Petit Kangourou a mené l'enquête et vous dit tout, comme d'habitude.

Pour les marins, le passage de la ligne, est un moment mythique, parfois craint. Traditionnellement, lorsqu'un bizut passe pour la première fois l'équateur, il doit faire allégeance à Neptune et à son épouse. Quelques épreuves lui sont imposées. La plus célèbre est le bain dans une baignoire, sur le pont du bateau, ou la douche à la lance à incendie. Cela se fait aussi bien dans la marine marchande que dans la Royale, sans aucune distinction de grade. Au cours de la cérémonie, l'équipage se déguise en Neptune, en Amphitrite, en personnages de la cours de Neptune, ou plus simplement en "sauvages" afin de baptiser les nouveaux.

Ce rite est ancien, ainsi qu'en témoigne cette photo retrouvée par votre serviteur dans les archives familiales d'un Rouleux.  Qui a osé dire que Blangy est un pays de sauvages ?
Je l'ai entendu, j'ai de grandes oreilles.


Une fois la ligne passée, il reste du chemin à parcourir et les marcheux, moins futiles, ont avancé jusqu'à … Jebus  sur l'île de Bangka-Belitung. Jebus , c'est normal, parce dans Bangka y'a de l'eau.

Pour ceux qui douteraient encore du sérieux de ce journal, voici les coordonnées Google Maps de Jebus sur l'île de Bangka : -1.762400, 105.486205


L'île de Bangka, où se trouve aussi Bubus (quand il n'y a plus de Bangka), fait partie de l'archipel d'Indonésie. On y trouve de superbes plages.

C'est sur une de ces plages, et bien que le pays soit majoritairement musulman,  que nos marcheuses ont fait la rencontre d'une réincarnation du jeune Bouddha, reconnaissable à son air épanoui, à son sourire mystérieux, à son regard ni triste, ni joyeux, ni sévère.

 

 

 

Et pendant ce temps-là, à Tarlee…

Alain, le secrétaire de l'association "1918-2018 Les Australiens à Blangy-Tronville", en vacances en Australie, faisait un détour. Accompagné de son épouse, Patricia, il est allé rencontrer le comité d'organisation de Tarlee, afin de faire connaissance avec certains de nos futurs invités. Il est également intervenu à l'école de Tarlee, dont nous recevrons certains des élèves. L'accueil a été très chaleureux et promet de belles rencontres.

 

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

 

N°25, 6 aout 2017

Distance parcourue:    287 kms

Pour lire les épisodes précédents : http://www.ville-blangy-tronville.fr/general/html/La_minute_culturelle_de_petit_kangourou.php

Rouleux, Marcheux, Donateurs, Sponsors et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

Votre serviteur et son collègue Koala Masqué(e) sont de retour après quelques semaines de repos. Koala revient à ses feuilles d'Eucalyptus après un régime légume/charcuterie. Pour ma part je me suis aperçu que mes bonds n'étaient pas le bon moyen de grimper sur les pentes d'un volcan et qu'il valait mieux faire comme tout le monde, en mettant un pied devant l'autre.

Même au repos, nous avons pensé à vous… bien obligés !



Mais nous aimerions savoir qui parmi vous, fidèles lecteurs, nous a précédé pour nous montrer le chemin.

Pendant ce temps-là, Rouleux et marcheux ont avanceux. Les longues traversées maritimes sont derrière vous.

Vous êtes désormais arrivé en Malaisie, à Malacca.

Malacca est une grande ville côtière, capitale de l’état malais de même nom.
Ce fut un sultanat jusqu’à l’arrivée des Portugais, en 1511. Ceux-ci établirent des routes commerciales maritimes avec les autres grands ports du sud-est asiatique et avec l’Inde.
En 1641, Malacca devint hollandaise, avant de devenir propriété anglaise jusqu’à l’indépendance en 1957. La succession des occupants explique la diversité des styles architecturaux, des noms de familles et des religions.
Le détroit de Malacca est d’une grande importance économique, car c’est la route d’approvisionnement en pétrole pour le Japon et la Chine. Son intérêt n’est pas ignoré des pirates qui y sévissent. Singapour se trouve à l’entrée (ou à la sortie) du détroit.
Le détroit fut le lieu d’une bataille maritime en mai 1945 opposant les Japonais et la Royal Navy. Les Anglais empêchèrent la flotte impériale d’évacuer les troupes stationnées sur les Iles Andaman.

 

Malacca
(Photo dédicacée à Patrice M.)

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 



N°24, 9 juillet 2017

Distance parcourue:    260 kms

Rouleux, Marcheux, Donateurs, Sponsors et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

AndouilleVotre reporter préféré a des nouvelles de notre ami Pascal qui nous fait croire qu'il traverse la France, du nord au sud, en vélo. Pour donner des accents de vérité à ses micros reportages quotidiens, il n'hésite pas à nous envoyer des photos d'andouille avant fumaison, en nous disant que c'est son genou. 















Au nom de tous les mâles de Blangy-Tronville qui n'ont plus le droit au moindre regard de leurs épouses depuis qu'elles se pâment devant les "exploits" de mon ami Pascal  (plus pour longtemps sans doute), je dois rétablir la vérité !
Attention, Mesdames, elle est terrible. Pascal se prélasse dans un palace de Kawthaung ကော့သောင်း

En voici la preuve ; indiscutable, comme tout ce que dit le Petit Kangourou.

Anduze

Kawthaung ကော့သောင်း que tout le monde connaît est aussi le lieu de halte des marcheux. Le Petit Kangourou ne cite jamais ses sources, mais force est de constater le hasard entre le passage des marcheux et la révélation du lieu de … repos de Pascal. Moi, je ne dis rien, mais je dis tout.

Birmanie

Parlons de la Birmanie, afin de donner un minimum de culture à cette lettre !

Kawthaung est situé à l'extrême sud de la Birmanie, et est quasiment frontalier avec la Thaïlande.

Ancienne colonie britannique, la Birmanie a connu une succession de dictatures militaires marxistes. L'opposition, dont la figure emblématique fut Aung San Suu Kyi, était très durement réprimée. La personnalité d'Aung San Suu Kyi et le soutien international qu'elle reçut firent prendre connaissance au monde des conditions de vie dans ce pays qui était totalement fermé.

La répression envers certaines ethnies ne fut pas pourtant très connue. Elles se firent refusées la nationalité birmane. Un moine bouddhiste, appelé Ashin Wirathu, à la tête d'un mouvement islamophobe est souvent comparé à Hitler. Le film documentaire "Le vénérable W" de Barbet Schroeder dresse le portrait de cet en… (à vous de compléter) qui compare les membres des ethnies musulmanes à des …. Carpes.

Honorable WDepuis les élections de 2015, dont, enfin, les résultats n'ont pas été remis en cause, le parti d'Aung San Suu Kyi dirige


le pays démocratiquement. Les militaires se plaignent que les civils élus concentrent trop de pouvoir. Ben voyons !

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.


N°23 , 2 juillet 2017

Distance parcourue: 181 kms

Rouleux, Marcheux, Donateurs, Sponsors et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

Petite distance qu'on pourra expliquer par la tristesse d'avoir vu notre camarade s'éloigner vers le sud (il a prévu un maillot de bain) ou plus simplement par les conditions météo (personne n'avait prévu les palmes).

Nous voici à la dérive quelque part entre les îles Nicobar et la côte birmane.

Votre petit kangourou, jamais à court d'idées, vous a préparé une minute très culturo-historique.

Connaissez-vous cet endroit ?

Ceux d’entre vous, les plus aventureux, qui se sont déjà éloignés du centre du village, ont pu découvrir le nouveau monde. C’est le véritable nom du hameau (2 maisons) qui se trouve au bout du chemin de Cachy  (ralentissez en l’empruntant. A tout moment des petits kangourous peuvent bondir sur la route). Rien ne subsiste du passé historique de cet endroit.

Pour le découvrir, il faut regarder les cartes de 1918.

On y constate d’abord que la route (Ex-RN 29) y forme un angle étrange, car un passage à niveau permet de franchir la voie ferrée Amiens-Tergnier. Au milieu des années 80, ce PN sera remplacé par un pont routier, enjambant la voie et redressant la route.
On voit une multitude de voies ferrées et un réseau de tranchées (en rouge).
Parmi les voies ferrées, une est remarquable par sa forme en Y inversé. Elle est cachée par le 9 de 29.
De chaque côté de la voie principale, on peut voir des voies terminant en cul de sac. Elles permettaient de décharger (ou charger) plusieurs trains en même temps.

En 1918 :

Nouveau Monde

Pour quoi faire ?

Cet endroit fût durant une partie de la première guerre une gare de déchargement de munitions.  Celles-ci devaient être amenées par les trains, puis transférées sur des camions pour alimenter le front de la Somme.

Sur les photos ci-dessous, les soldats sont français. On remarque la taille des obus de 400 (40 cm de diamètre).

La première photo a été prise le 11 août 1916.

Gare Petit Blangy

Gare Petit Blangy

Les photos montrent très bien les quais en maçonnerie. Une partie de ceux-ci existent encore, cachés par la végétation.
Les photos suivantes montrent des canons sur wagon, prises à Petit-Blangy. Les photos sont systématiquement localisées à Petit-Blangy et non au  « Nouveau Monde », ce nom n’apparaissant pas sur les cartes militaires.

Petit Blnagy

Petit Blangy

Canon de marine de 340, destiné à bombarder les lignes allemandes, vers l’est.

Canon de 340

En 1947, on distingue encore les traces des tranchées. Les quais sont encore bien visibles à gauche du passage à niveau.

Cano

Aujourd’hui, les quais ont complètement disparu, mais étrangement, une partie du Y réapparaît.

Vue aérienne


Voici un parcours tout défini pour une marche de dimanche matin.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

 

 

Edition Spéciale, 30 juin 2017

Rouleux, Marcheux, Donateurs, Sponsors et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

 

Notre ami Pascal se lance demain dans un défi personnel. Il va traverser la France de notre village à Montpellier en vélo.

Voici le parcours qu’il va effectuer en solitaire(1) en 9 jours.

France

Les étapes :

1ère: Blangy/ Juilly (Oise ) 127 km
2ème: Juilly/Cépoy (Loiret) 148 km
3ème: Cépoy/Marseille-les-Aubigny (Cher) 144 km
4ème: Marseille-les-Aubigny/Paray-sous-Briailles (Allier) 115 km
5ème: Paray-sous-Briailles/Saint-Etienne-sur-Usson (Puy de Dôme) 103 km
6ème: Saint-Etienne-sur-Usson/Saugues (Haute-Loire) 82 km
7ème: Saugues/Mende (Lozère) 66 km
8ème: Mende/Anduze (Gard) 104 km
9ème: Anduze/Montpellier (Hérault) 75 km

 

Pascal nous donnera de ses nouvelles via son blog : https://pascal-decle.jimdo.com/2017/06/18/préparation-du-défi/

  1. Ce que Pascal ne sait pas encore, c’est qu’il ne sera pas seul, mais en tandem !

 

Tandem

Pascal partira demain matin du centre du village à 9 :30. Vous pouvez venir l’encourager dès 9:00, autour d’un café.

Boing Boing, à demain pour encourager Pascal.

N°22 , 25 juin 2017

Distance parcourue:   424 kms

Rouleux, Marcheux, Donateurs, Sponsors et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

Vous avez failli passer à côté !

Après des centaines de miles nautiques, sans autre horizon que la ligne bleue des vagues, votre route devait vous faire passer à 50 kms au nord d’îles. Heureusement, votre Kangourou dans sa grande mansuétude,  vous a dérouté un peu vers le sud afin d’y accoster.

Du vrai culturel …  (les moins sérieux pourront passer au chapitre suivant, mais ce serait dommage)

Andaman et Nicobar sont un groupe d'îles à la limite de la baie du Bengale et de la mer d'Andaman. Elles appartiennent à l’Inde, bien qu’elles soient plus  proches de la Thaïlande, de la Birmanie et de l’Indonésie.

La capitale du territoire est la ville andamanaise de Port Blair. La superficie totale de ces îles est d'environ 8 249 km². La capitale des îles Nicobar est Car Nicobar.

Sur une des îles de l’archipel (North Sentinel) vit un peuple chasseur-cueilleur appelé les « Sentinelles ». Refusant tout contact avec le monde extérieur, ils constituent l'un des derniers peuples isolés du monde, vivant en autarcie dans des conditions n'ayant pas changé depuis des milliers d'années. Leur nombre est estimé à 250 environ (39 officiellement selon le recensement de 2001). Ils semblent connaître le feu mais ne pas savoir le produire. Ils seraient arrivés d'Afrique sur leur île il y a peut-être 60 000 ans.
Ils ont survécu au tsunami de 2004.
Les tentatives de prises de contact se sont en grande majorité soldées par des échecs.
En janvier 1880, une expédition britannique armée a eu pour but de capturer des habitants de l’île, de leur faire des offrandes et de se montrer aimables envers eux afin d’établir le contact. Cette expédition fut vraisemblablement la première rencontre des Sentinelles avec le monde extérieur. Malgré l’habitude des habitants à disparaître dans la jungle à la vue d’étrangers, l’expédition a réussi, au bout de quelques jours, à capturer deux membres âgés de la tribu ainsi que quatre jeunes enfants. Arrivés à Port Blair, la santé des deux vieilles personnes s’est dégradée avant d’entrainer leur mort. Les quatre enfants ont alors été ramenés sur l’île, chargés d’offrandes. Après ces incidents, la Grande-Bretagne cessa ses tentatives de contact et s’intéressa à d’autres tribus.
En 1967, le gouvernement indien débuta une série d’expéditions visant à établir le contact. La première d’entre elles fut escortée par des policiers et des officiers de la marine. Les Sentinelles se sont réfugiés dans la jungle en les voyant approcher, et cette tentative fut un échec. Les tentatives suivantes ne firent guère mieux, réussissant cependant à laisser sur la plage de nombreux cadeaux et offrandes.
Le 20 mars 1970, des anthropologues indiens se sont retrouvés piégés par les courants entre North Sentinel et l’île Constance. Un témoin oculaire relata ensuite ce qui suit :
«  Quelques membres de la tribu nous faisaient de grands signes pour qu’on leur jette du poisson. Les femmes sortaient de l’ombre pour nous observer… Quelques hommes sont venus récupérer le poisson.
Ils semblaient être reconnaissants, sans pour autant abandonner leur attitude méfiante… Ils ont tous commencé à hurler des paroles incompréhensibles, et nous avons répondu en essayant de leur faire comprendre nos intentions amicales.
C’est à cet instant qu’une chose étrange arriva : une femme se jeta sur un guerrier et simula une union passionnelle.
Ce rituel fut répété par d’autres femmes, chacune choisissant un guerrier. Après quelques minutes de cet étrange spectacle, les Sentinelles disparurent progressivement dans la jungle.
Malgré tout, quelques guerriers assuraient toujours la garde. Nous nous sommes approchés du rivage pour y jeter du poisson, qui fut immédiatement récupéré par des enfants.
Il était midi passé et nous sommes retournés sur le bateau.  »
Au printemps 1974, une équipe de tournage de la National Geographic Society est venue sur l’île pour y réaliser un documentaire, Man in Search of Man. Lorsque leur bateau motorisé s’est approché de la plage, les Sentinelles sont sortis de la jungle, armés d’arcs et arrosant l’équipe de flèches affûtées. Le bateau a accosté à l’abri de l’attaque et l’équipage a déposé des offrandes sur le sable : une voiture miniature en plastique, des noix de coco, un cochon vivant et une poupée. Cette démarche n’a fait que réveiller l’hostilité de la tribu, qui leur adressa une nouvelle volée de flèches, dont l’une se ficha dans la cheville du réalisateur. L’homme ayant tiré cette flèche rit et dansa fièrement, avant d’enterrer le cochon et la poupée.
Le 2 août 1981, le bateau Primrose s'échoua le long de la côte de North Sentinel. Après avoir attendu les secours pendant quelques jours, l'équipage a commencé à apercevoir des silhouettes noires en train de construire des bateaux de fortune sur le sable. Le capitaine a alors lancé un appel de détresse, demandant un renfort d'armes à feu afin de pouvoir se défendre, mais les conditions climatiques difficiles rendirent cette opération impossible. Fort heureusement, ces mêmes conditions climatiques empêchèrent également la tribu de les atteindre. Au bout d'une semaine, l'équipage fut secouru et l'épave du bateau repose toujours au nord de l'île.
Au début des années 1990, la tribu des Sentinelles a commencé à se montrer plus chaleureuse à l’encontre des bateaux tentant de s’approcher du rivage. Mais généralement, après quelques minutes, les autochtones repoussent agressivement leurs visiteurs en faisant des gestes menaçants ou en leur lançant des flèches.
En 1996, le gouvernement indien annula officiellement ces tentatives de contact infructueuses.
En 2006, le peuple de North Sentinel a tué deux hommes qui pêchaient illégalement autour de l’île. Le bateau des pêcheurs avait en effet dérivé vers l’île durant leur sommeil, permettant à la tribu de les attaquer. Leurs corps ont alors été déposés dans une tombe de fortune. Un hélicoptère a été envoyé récupérer les corps, mais a dû abandonner lorsqu’il a, à son tour, essuyé des tirs de flèches. (source wikipédia)


…. au faux cul turel

Exceptionnellement, votre petit Kangourou a pu approcher deux de ces Sentinelles. On remarquera que l’homme est vêtu d’une peau de bête marron, alors que la femme en pleine parade nuptiale a tissé un haut couleur de mer. La parade nuptiale consiste à tourner autour de l’île en chevauchant une drôle de machine verte, sans doute issue du paléolithique et que seul le mâle dominant semble maitriser.

cid:image010.jpg@01D2EED2.2CEEDC40

Revenons aux autres îles.

 

A l’époque coloniale, les anglais les utilisèrent comme bagnes , ce qui explique la présence de personnages patibulaires, descendants de bagnards, qui essayent toujours de déplacer des cailloux.


Ils ont presque tous leur casque de chantier, conformément au code du bagne de Nicobar.

 

L’évangélisation de ces îles a été longue, et les habitants n’ont toujours pas intégré certains faits religieux. Ainsi, chaque année, ils se rassemblent, hommes et femmes, pour reconstituer la Cène … à 17  et en faisant asseoir une Marie Madeleine, à la gauche de Jésus.  (NDLR : ils ont vraiment rien compris)
Dans cette scène de la Cène pas très saine, on remarquera aussi  la mauvaise tenue de Jean, à la droite de Jésus comme il convient, avachi sur la table, dans l’attente d’un pichet de « buvézentousse ».

cid:image005.jpg@01D2EF22.C36E06A0

Le plus extraordinaire comportement relevé sur ces îles est celui des femmes locales devant certaines pierres dressées. Qu’en penserait le Docteur Freud ? Faut-il y voir un reste d’adoration du dieu Priape ?  Certaines se font même appeler Falbala lors de bacchanales sans limites. Votre Kangourou très pudique, a quitté les lieux avant que ne soit repris en chœur « Vas-y Frankie ».
Ah, les îles….

 


 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°21 , 18 juin 2017

Distance parcourue:   143 kms

 

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

On dit que la traversée du désert est parfois longue (toujours sans arrière-pensée politique), mais celle de l’Océan Indien peut l’être aussi.

Voici nos marcheux manifestant contre le fait que des nageoires leur poussent et qu’il faudra bientôt les rebaptiser en nageux :


Quant à nos rouleux, ils envisagent d’utiliser des moyens lourds pour se faire entendre :


Mais ils ne savent pas encore qu’avec leurs têtes de délinquants, certains pays vont leur interdire leurs côtes et déployer les moyens adéquats.

Allez, nous sommes en vue des iles Andaman et  Nicobar. Quelques coups de pédales et un pied devant l’autre et on y arrivera vite.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

N°20 , 11 juin 2017

Distance parcourue:   215  kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

avez-vous répondu à la question sur la proposition d’une nouvelle visite guidée ?

Plouf est le bruit, non pas du résultat de certains candidats aux législatives (sans arrière-pensée politique), mais des rouleux et des marcheux en ce jour (hier), où l’horizon est bleu maritime (sans arrière-pensée politique)
L’actualité civique fait qu’il est difficile de marcher (sans arrière-pensée politique) ou de rouler. En conséquence, les kilomètres s’ajoutent à un rythme ralenti. L’absence de reporter photo lors des sorties d’hier matin n’aide pas.

Résultat de recherche d'images pour 'la mer'


Pour votre animal préféré, il est difficile d’évoquer quoi que ce soit en plein golfe du Bengale.

Sweet dreams are made of this
Who am I to disagree?
I travel the world
And the seven seas
Everybody's looking for something

(les kangourous quinquagénaires se rappelleront d’Eurythmics)

 

Il aurait dû sous-traiter cette édition à son copain palmé, l’ornithorynque, plus adapté à la progression aquatique. Profitons-en pour démentir les propos déplacés d’un autre animal australien, le Koala qui n’a même pas le courage d’écrire sans masque.  (des langues bien mal intentionnées auraient vus votre serviteur et l’in-femme Koala, ensemble, dans le village, lors d’un défilé. Qu’on me montre des photos ! )

Bref, passons.

Les Rouleux et les Marcheux sont dans une zone où les cyclones sont nombreux et particulièrement meurtriers. Celui de 1970 fit 200 000 morts. Le second phénomène naturel meurtrier dans cette région est le tsunami (tout simplement raz-de-marée en français).
Le tsunami n’est qu’une conséquence d’un autre phénomène, potentiellement plus anodin. Chacun se souviendra de celui du 26 décembre 2004. Un tremblement de terre, très fort quand même, mais en pleine mer, a soulevé la plaque terrestre de 6 mètres, sur une longueur de 1600 kilomètres. L’onde générée a parfois soulevé la mer de 30 mètres. En arrivant sur les côtes du Golfe du Bengale, même si la hauteur des vagues avait beaucoup diminué, l’onde fit de terribles dégâts et des centaines de milliers de victimes.

 

Ni les charmants bottillons de Nathalie et de Bernard, ni le pédalo de Pascal ne peuvent suffire dans un tel cas.

Rendez-vous samedi prochain, à 17 :00 à la salle omnisport pour une réunion sur les commémorations du 22 avril 2018. Il paraît que cela plane pour certains villageois.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°19 , 28 mai 2017

Distance parcourue:   161  kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

La semaine dernière, les photos de la rèderie étant arrivées après le bouclage, nous vous les promettions pour cette semaine. Les voici :






Merci au staff de l’ABC d’avoir assuré comme des champions.

Revenons à nos Rouleux et Marcheux. Les voici les pieds dans l’eau. A nouveau, direz-vous. Cette fois, il s’agit des eaux du Golfe du Bengale.

Celui-ci est bordé à l’ouest, par l’Inde par le Bengladesh au nord, et la Birmanie et la Thaïlande à l’est. Le Gange et le Brahmapoutre s’y jettent. Le débit de ces fleuves conjugué aux effets de la mousson entraîne de catastrophiques inondations. Depuis plusieurs années s’y ajoutent les conséquences du réchauffement climatique. L’eau grignote progressivement, mais inexorablement, de petites îles de très faible altitude, accroissant encore la pauvreté endémique à la région.

 


(DR)

Le Golfe du Bengale est également le terrain de chasse de sanguinaires pirates. La traversée va en être longue.

(DR)

 

Sondage : Seriez-vous intéressé par une visite guidée (par M. Bresson) du site de Pozières et du cratère de Lochnagar, un dimanche matin vers fin septembre ?
Avant de lui demander un devis, je dois savoir s’il y a des intéressés. Nous resterions à 10 euros / pers. et  30 pers. maximum.
Pour ceux qui le voudront, nous pourrions ensuite pique-niquer et poursuivre par une visite guidée par votre petit kangourou de quelques sites peu connus.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

N°18 , 21 mai 2017

Distance parcourue:   144  kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

votre petit kangourou est très fier de vous tous. La moitié du chemin qui doit nous amener à Tarlee est presque parcourue, et en avance sur le planning !

Nous voici au bord du Golfe du Bengale, prêts à quitter le sous-continent indien.

Mais avant cela, les Rouleux ont pensé à la plus vénérée des divinités hindoues. Il s’agit de Ganesh. Sur un corps d’enfant, une grosse tête d’éléphant et quatre bras sont les caractéristiques de ce dieu, fils de Shiva, qui supprime les obstacles.
Votre petit kangourou, c’est l’inverse. Il a un corps d’animal avec une tête d’homme, et il est juste le fils de son père. Pour les obstacles, il saute par-dessus.

 

Les Rouleux ont donc rendu hommage aux deux divinités (Bing ! C’est le bruit d’une élastique de chaussette qui vient de céder)  avant de dire भारत के लिए अलविदा।


Nous avons le plaisir de retrouver Philippe, toujours en recherche de Léonidas, tandis que Patrice a réussi à faire lever la vache sacrée pour récupérer la carcasse de son vélo (voir numéros précédents)
Quant à Jean-Michel et à André, leur sourire crispé est le signe d’une crainte sur ce qui les attend dans les numéros futurs de votre hebdo.


cid:image013.jpg@01D2CE31.81D90AD0

Pendant ce temps-là, à Blangy, Il se passait plein de choses.

Votre petit Kangourou faisait de la promotion en se disant que le ridicule ne tue pas.



Les habitants ont pu faire connaissance avec la famille Stribling.



Des passantes (que le ridicule n’a pas tué non plus) confondaient la descente de la rue du mail, avec la montée des marches de Cannes. On remarquera en fond de photo, une autre starlette inconnue qui essaye de s’imposer dans la photo.

Comme à Cannes, les Stars étaient escortées par les forces de l’ordre. Nous voudrions tout particulièrement saluer les motards de la Gendarmerie qui ont décidé de nous rejoindre sur la place  (We're so glad to see so many of you lovely people here tonight, and we would especially like to welcome all the representatives of Illinois' Law Enforcement Community who have chosen to join us here in the Palace Hotel Ballroom at this time / les fans des Blues Brothers comprendront) . Aux dernières nouvelles, ils n’ont toujours pas attrapé la bête bondissante.


(photo J. Fayolle)



A défaut de caviar et de champagne, il y avait merguez-frites et bière sur le stand de l’ABC. Les photos du stand n’étant pas arrivées avant le bouclage de cette édition, nous ne les diffuserons que la semaine prochaine.
Merci à l’ABC qui reversera le bénéfice de la réderie à l’organisation des commémorations de 2018.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°17 , 14 mai 2017

Distance parcourue: 940 kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux,

votre petit kangourou constate avec désapprobation le comportement déplacé de certains touristes marcheux, qui feraient mieux d’aller se balader dans les jardins de Valloires, que de déambuler dans les villes indiennes, en pleine mousson, dans une tenue inconvenante, sac en plastique aux pieds.
On remarquera que ce sont souvent les mêmes qui ont ce genre de comportement (voir épisode précédent) sac plastique, bob sur la tête etc.
Résultat, samedi, les marcheux ( ce n’est pas un parti politique) jouaient dans les flaques d’eau, alors que les rouleux abattaient des centaines de kilomètres.
Tout le monde se rapproche de la côte est de l’Inde. Nous sommes en plein milieu de la mousson d’été. La mousson n’est pas qu’un pâté, c’est aussi un phénomène climatique qui se déroule deux fois par an et qui se caractérise par des précipitations énormes ; elles peuvent atteindre par endroit 10 000 mm par an.


L’incorrigible Bernard.


Nathalie accueillie dans une famille indienne.

 


Nos associations locales se mobilisent. L’ABC qui organise la réderie de dimanche prochain, en reversera le bénéfice au projet, afin que notre journée de commémoration soit une réussite.  L’ABC prendra aussi à sa charge une grande partie des frais d’impression sur bâches des photos anciennes*  montrant les Australiens à Blangy. L’ensemble vocal « Les Cordulies » répète toutes les semaines des chansons australiennes, qui seront interprétées devant son Excellence l’Ambassadeur d’Australie en France.  L’association Yoga proposera à nos invités australiens, le 21 avril 2018, un moment de relaxation après un vol de plus de 24 heures. Mon cousin, le Canard Enchainé m’informe que les politiques n’endossent pas tous des costumes hors de prix, et qu’un certain élu, à Blangy-Tronville, a reversé depuis octobre dernier, la quasi-totalité de son indemnité d’élu, pour la réussite de notre projet.
Vous aussi devenez acteur de votre fête. Vous pouvez devenir donateur particulier. Pour un don de 20 euros, vous recevrez un pins commémoratif (100 exemplaires), mais surtout votre nom s’affichera sur le panneau des remerciements. Si vous êtes professionnel, votre logo peut figurer sur cette lettre, mais aussi sur nos communications, grâce aux kits marketing que nous avons prévus (me contacter)
N’oubliez notre réunion du 17 juin, à 17 heures à la salle omnisport. Ce sera l’occasion d’expliquer le projet à ceux qui ne le connaissent pas encore, et de faire un point sur son avancement.

(*) normalement, si tout se passe bien (délai de livraison) nous devrions pouvoir vous présenter la première photo dimanche lors de la réderie.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°16 , 7 mai 2017

Distance parcourue: 153 kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

votre petit kangourou a beau avoir de grandes papattes, cela ne remplace pas pour autant des palmes.  Et bien que vous receviez cette lettre toutes les semaines, ce n’est pas pour autant un canard.
Bref, les chaussures font fiouc fiouc, ce qui est normal en cette période de mousson au bord du Gange.
Vous voici arrivés près de la ville de Sankara (28.042807, 78.576429) en Inde.

 


Je ne vous apprends rien en vous disant que le Gange  (à ne pas confondre avec le boulevard du Cange d’Amiens) est un fleuve sacré pour les Hindous, mais que c’est aussi un égout à ciel ouvert. Les cendres des défunts incinérés y sont jetées, et dans certains cas des corps entiers. Des millions de personnes s’y baignent de façon rituelle.  Les quelques rares touristes qui s’y aventurent y font provision de bactéries pathogènes (Colibacilles fécaux). La photo montre cette baignade traditionnelle, à laquelle vient de se mêler ce matin un touriste reconnaissable à son K-Way et à son bob. La couleur jaunâtre du visage de celui-ci s’explique par la propagation rapide des bactéries.

 



Pendant ce temps-là, que se passait-il de l’autre côté de la planète ?

Rappelons que le 22 avril 2018, nos commémorations débuteront par une petite collation organisée dans le parc du château de Tronville. Les villageois et leurs invités australiens y seront conviés. Il est demandé aux Blangy-Tronvillois de ne pas venir les mains vides, mais avec des petites choses à partager autour d’un café ou d’une cup of tea. Dans cet objectif, des réunions « pas-tupperware et sans catalogue » sont organisées. Elles permettent de mettre la main à la pâte en apprenant la recette de gâteaux Anzac. Votre Petit Kangourou qui se déplace très vite a pu assister avec sa caméra cachée au premier de ces ateliers.

 

 



 


Extrait de Wikipédia :

Le biscuit ANZAC est un biscuit fait de flocons d'avoine, de mélasse ou golden syrup et de noix de coco. Il est nommé en l'honneur des corps d'armée australien et néo-zélandais de la Première Guerre mondiale.
Surnommés « Soldiers' biscuits » d'abord, ces biscuits furent renommés « ANZAC biscuits » après la bataille des Dardanelles. La recette était prévue pour résister aux longs voyages de la Nouvelle-Zélande vers l'Europe.
Aujourd'hui les biscuits ANZAC sont vendus dans les supermarchés. En raison de leur lien avec les forces militaires ils sont utilisés pour recueillir des fonds pour les vétérans de la RSA et RSL (respectivement les associations de vétérans néo-zélandais et australiens). Les biscuits de la première recette, de la guerre, sont parfois mangés par les randonneurs en raison de leur longue conservation.
De nos jours des biscuits ANZAC sont encore présents dans les rations données aux militaires australiens.

 

Quelques nouvelles de l’Anzac Day et de Tarlee :

Exceptionnellement, l’Anzac Day s’est déroulé à Tarlee en présence de Mme Flora Blanchard, représentante du Consulat Français d’Adélaïde, venue saluer l’initiative de nos villages.
Le drapeau français flottait à Tarlee ce jour-là. Quelle fierté pour notre projet : « La France a une place spéciale dans les cœurs de Tarlee… »

 

 

N’oubliez pas ! Le 21 mai prochain, votre petit kangourou sera présent lors de la réderie de l’ABC pour une séance de dédicace et afin qu’on lui remplisse la poche de petits sous pour financer les commémorations de 2018.
L’ABC nous aide et finance le tirage des anciennes photos sur bâche. A votre tour aidez l’ABC en participant à la rèderie.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°15 , 30  avril 2017

Distance parcourue: 447,5 kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

votre petit kangourou s’est gelé les ….. papattes dans la nuit du 24 au 25 avril dernier, et il n’était pas le seul dans ce cas puisque huit koalas Blangy-Tronvillois ont participé au Dawn Service, lors de l’Anzac Day, au Mémorial de Villers-Bretonneux.
Cette année, peu de participants, car les Australiens se réservent pour l’année prochaine, centenaire de la bataille de Villers-Bretonneux. Néanmoins, comme à chaque fois, et quel que soit le nombre de présents, l’émotion et le respect étaient bien là.  J’ai entendu un des koalas qui m’accompagnaient dire, que plus on s’approchait de la fin de la cérémonie, plus il était ému. Un peu tête en l’air, votre petit kangourou a oublié de prendre des photos des koalas de Blangy, mais vous propose ce petit reportage photo.

Pour la première fois, la cérémonie a été ouverte par un musicien aborigène qui a joué du Didgeridoo. Cet instrument traditionnel du nord de l’Australie est fait d’une branche d’eucalyptus, creusée naturellement par les termites. Le joueur fait vibrer ses lèvres à l’embouchure. De la cire d’abeille sauvage est appliquée sur celle-ci pour protéger les lèvres du joueur.

Aborigène
La préparation du peloton de garde.

L’arrivée des drapeaux français.

Kangourou et koalas de Blangy ont eu froid, mais ne regrettent pas la participation. Rendez-vous est donné à vous tous pour l’année prochaine avec nos amis australiens.

 

Revenons maintenant au Direct !

Rouleux et marcheux vous voilà à Meerut (je n’ai pas dit à mi-route) à 50 kms de New Delhi, capitale de l’Inde, pays de 1 252 000 000 hab. Dans ce pays, les vaches sont l’incarnation d’un dieu (les Hindous en ont quelques milliers) et donc, il est interdit de leur faire le moindre tort.
Une vache peut bloquer la circulation pendant des heures. Votre petit kangourou a piraté la webcam d’une voiture de police indienne qui montre un Rouleux dans une vacheuse, pardon, fâcheuse posture, après une collision avec l’avatar d’un dieu. La vache s’est couchée sur le vélo et il faut payer l’amende et …. attendre (tendre comme du bon Charolais).


Pendant ce temps-là, nos marcheux avancent.  Certains, sur une brocante locale, ont fait l’acquisition d’une vieille photo montrant un maharaja (« Repair of lawn mower Singh ») entourée de son harem. On remarquera facilement qui est la favorite, même si à l’arrière-plan les plus jeunes (F…F..ne) tentent de ravir cette place tant enviée. A gauche sur la photo, on trouve le prince consort adoptif, qu’on ne sort pas tous les jours.

N’oubliez pas ! Le 21 mai prochain, votre petit kangourou sera présent lors de la réderie de l’ABC pour une séance de dédicace et afin qu’on lui remplisse la poche de petits sous pour financer les commémorations de 2018.
L’ABC nous aide et finance le tirage des anciennes photos sur bâche. A votre tour aidez l’ABC en participant à la rèderie.

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

N°14 , 23 avril 2017

La semaine dernière, votre petit kangourou n’ayant pas réussi à dénouer ses gants de boxe, n’a pu vous envoyer ses bêtises habituelles. Après une semaine d’efforts intensifs, les gants sont enfin ôtés et le clavier n’a qu’à bien se tenir !

Distance parcourue la semaine dernière : 357  kms
Distance parcourue hier : 1054 kms !!!!  avec un peu d’apéro-dopage.

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

Dans un an, le grand jour tant attendu sera derrière nous.  Votre petit kangourou espère que le 22 avril 2018 aura été un jour de bonheur pour vous tous et pour nos invités australiens (qui seront encore avec nous pour quelques jours). Mais d’ici là, il y a encore à faire.
Pour commencer, il y a la participation au Dawn Service demain soir, que votre petit Kangourou vous racontera la semaine prochaine.
Ensuite, le 6 mai, il y a l’atelier de fabrication de biscuits Anzac chez Angélique Carlos. Les participants connus sont : Nathalie Havet,  Sandrine Pouille, Anne Halgand, Bernadette Vasseur, Jeannine Bonmartin. Il reste à ma connaissance deux places.
Le 17 juin, en fin d’après-midi (horaire à préciser) nous nous retrouverons tous en réunion générale (toute la population y sera conviée) pour faire un point sur les commémorations. Il y a aussi à boucler le budget, devenez donateur.

Où en étaient les Rouleux et les Marcheux dimanche dernier ?

Ils étaient bloqués à la frontière entre le Turkmenistan et l’Afghanistan et prenaient leur élan pour franchir le plus rapidement possible le prochain pays. Pour passer le temps, ils comptaient fleurette en plein désert ainsi qu’en atteste la seule photo qui nous soit parvenue (il avait plu la veille, et la végétation pousse vite). On y voit que les tenues de camouflage n’étaient pas encore adaptées ( à part le casque d’André).


Et aujourd’hui ?

Ils ont bien fait de prendre de l’élan, car ils ont réussi à franchir l’Afghanistan et quasiment tout le Pakistan (pas beaucoup plus fréquentable que l’Afghanistan). Ils sont à Lahore, à quelques kilomètres de la frontière avec l’Inde. Ils attendent de pouvoir la franchir, car ce n’est pas simple, les deux pays ne s’aimant pas trop. La photo nous montre qu’ils ne sont pas seuls à attendre.  C’est plus facile avec un verre à la main (sans alcool, religion d’état oblige). La question-mystère est « Est-ce que Foufoune pourra passer ? ».

L’Anzac Day : what’s it ?

Ceux qui ont suivi la conférence de M. Bresson le savent désormais. Mais les autres ? Et pourquoi autant d’importance pour ce jour à Villers-Bretonneux ? Votre petit kangourou vous dit tout.

L’Anzac Day est un jour de commémoration en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il se déroule chaque année, le 25 avril, depuis 1921. ANZAC veut dire Australian and New Zealand Army Corps.
En Australie, ce jour est en train de devenir aussi important, sinon plus, que le jour de la fête nationale australienne. (il y a régulièrement des débats pour en faire la fête nationale)
Il commémore le débarquement des troupes australiennes,  le 25 avril 1915 à Gallipoli  (voir la carte ci-dessous). Ce débarquement regroupait plusieurs nationalités, mais fut pour l’Australie le premier engagement en Europe. Ce fut un désastre militaire, car les fortifications turques avaient été sous-estimées. Aux pertes dues aux combats s’ajoutèrent celles dues à des défaillances logistiques (manque de ravitaillement en vivres, eau etc.). Bref, ce fut une branl… pour les alliés.


Trois ans plus tard, jour pour jour, après d’autres batailles, les forces australiennes s’illustrèrent par la reprise de Villers-Bretonneux, et par une contre-offensive qui montra le chemin de Berlin aux Allemands.
Il y a donc une coïncidence de dates entre une défaite et une victoire, mais qui toutes deux furent des actes fondateurs de la nation australienne. Ceci explique que les cérémonies de Villers et Gallipoli soient retransmises en direct à la télévision australienne.
J’espère que ceux qui accompagneront votre petit kangourou à Villers demain soir, auront l’occasion de discuter avec des Australiens. Ne soyez pas étonnés qu’un australien « récent »  vous dise, je suis Australien, et je viens voir où sont morts nos vétérans.  Même les migrants les plus récents adhèrent aux commémorations et au symbole de cette date.
Les autres années, il y a près de 10 000 Australiens à Gallipoli. Cette année, seuls 700 sont inscrits. C’est l’effet « kill cool » d’Erdogan.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

N°13 , 9 avril 2017

Distance parcourue aujourd’hui : 491     kms

Rouleux, Marcheux et autres lecteurs de plus en plus nombreux

Ce n'est pas une défaillance de votre ordinateur, n'essayez donc pas de régler l'image ou de redémarrer votre box. Nous avons le contrôle total de l’édition : contrôle du texte, contrôle des photos. Nous pouvons aussi bien vous donner une image fausse qu'un texte vrai. Pour l'heure qui vient, asseyez-vous tranquillement. Nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et lire. Vous allez participer à une grande aventure et faire l'expérience du manque de sérieux de « La minute culturelle de Petit Kangourou». 

 

Des plaintes ont été formulées auprès de notre rédaction comme quoi le groupe de petits marcheux n’aurait pas assez le droit à la une de votre hebdomadaire préféré. Votre Petit Kangourou a donc suivi ce matin l’expédition dominicale la plus courte. Il rougit encore d’avoir appris qu’à l’entrée de Glisy il y a un endroit où il est possible d’observer des Ouh la la (magna ablatisque testiculis) . La décence m’interdit de vous expliquer de ce dont il s’agit. Je vous invite à contacter le Pr Lannoy, spécialiste de cette espèce et qui est le premier à avoir signaler sa présence dans les environs.

Revenons à l’expédition de ce matin. Les petits marcheux ont eu des problèmes de gaz.

 


En plein milieu du désert turkmène, les participants ont découvert un énorme trou d’où sort en permanence du gaz naturel. Celui-ci est enflammé, ce qui donne un joli effet nocturne.
Il s’agit du cratère de Darvaza.  L’endroit, aussi appelé la Porte de l’enfer, est situé dans un champ de gaz naturel. En 1971, des ingénieurs soviétiques détectèrent la présence de la nappe de gaz et commencèrent un forage. Mais badaboum, le sol s’est effondré sous le poids du matériel de forage, ouvrant un cratère et le gaz a été libéré dans l’atmosphère. Face au danger pour l’environnement, les ingénieurs mirent le feu au gaz pour s’en débarrasser en quelques semaines. C’était il y a 46 ans et ça brule toujours (les « Feux de l’Amour » durent depuis 44 ans)
En regardant la photo, on notera que le sol a toujours tendance à s’enfoncer sous le poids des plus lourds situés en milieu de groupe.

De son côté le groupe des grands marcheux a suivi un autre itinéraire pour arriver dans la réserve naturelle de l’Amou-Daria  (à ne pas confondre avec les Amours d’Ariane). Ce fleuve coule de l’Himalaya pour se jeter dans la mer d’Aral. Cette mer intérieure est en train de disparaître car les captages d’eau dans les fleuves qui l’alimentent sont excessifs. Voir la semaine dernière le phénomène inverse avec le lac Sary Kamysh.

Pour traverser ce fleuve, il a fallu emprunter un bac très couleur locale.



L’autre groupe les rejoignait par un pont…



Et bientôt Grands et Petits Marcheux ne firent plus qu’un groupe avec les Rouleux.



Ils s’aimèrent beaucoup et eurent beaucoup de petits blangy-tronvillois.  (on remarquera au passage que l’architecture au Turkménistan n’est pas si différente de celle de chez nous)

 

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

PS : Il reste deux places pour l’atelier de fabrication des Anzac biscuits du 6 mai.
PS 2 : Anne, s’il te plaît, évite de mettre des brins d’herbe dans le nez de Bernard. Depuis la photo de groupe, il ne cesse d’éternuer.
PS 3 : Philippe, pourrait-on avoir des nouvelles de Léonidas ?
PS 4 : André et Fabrice, pourrait-on avoir des nouvelles de la chamelle ?
PS 5 : Sony ne l’a pas encore sorti.

N°12 , 2 avril 2017

Distance parcourue aujourd’hui : 582     kms

Rouleux et Marcheux,

votre petit kangourou est bluffé par le kilométrage de ce matin. Comme vous avez bien marché et roulé, vous avez vu plein de choses en une seule matinée !

Vous avez ainsi traversé la réserve naturelle de Ustyurt  en en prenant plein les mirettes tant le paysage est extraordinaire.


Certains panoramas sont dignes de John Ford, mais il n’y pas de peaux-rouges. Bien qu’on puisse y trouver de drôles d’indiens parcourant le désert à la recherche d’une bière (au second plan).

Peu de gens vivent ici, car les températures sont extrêmes : +41 l’été, mais aussi -41 certaines nuits d’hiver.
Dans le désert, vous avez vu des ballons de foot abandonnés. Vous avez bien fait de ne pas taper dedans car il s’agit de pierres parfaitement rondes.

http://caravanistan.com/wp-content/uploads/2013/02/valley-of-balls.jpg

Kazakhstan, c’est fini ! ça sonne moins bien que Capri pour la rime, mais on a pas le temps de passer par l’Italie.
André et Fabrice ont dû abandonner leur copine poilue qui n’avait pas les papiers nécessaires pour passer la frontière. Fabrice pour montrer sa désapprobation a fait grève ce matin.

Vous êtes maintenant dans l’Ouzbekistan, au bord du lac Sary Kamysh. Il est légèrement salé, et contrairement à d’autres lacs de la région, il est de plus en plus grand, bien qu’on ne soit pas au Boukistan.


Sa traversée, la semaine prochaine, ne devrait pas poser de problème, malgré ses 40 m de profondeur.

En attendant, les Rouleux se sont inscrits à un stage de construction de Yourte, accueillis par le Conseil Municipal local. Première leçon, pas besoin de Yaourtière pour monter une yourte.

 

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 

 

N°11 , 26 mars 2017

Distance parcourue aujourd’hui : 189     kms

Rouleux et Marcheux,

votre petit kangourou a créé la curiosité la semaine dernière avec son histoire d’avion qui ne vole pas. Certains ont cru à une blague. Pas du tout, le 1er avril n’est pas encore arrivé. Si le Monstre de la Caspienne s’est écrasé en 1980, d’autres Ekranoplans sont visibles, statiques, en train de pourrir en différents endroits de l’ex-URSS. 

Ainsi, cet autre modèle, plus petit, était armé de missiles sur le dos. Il est récent, puisque fabriqué en 1987, mais la chute de l’URSS a eu raison de lui.
Il pourrit désormais dans le port de Kaspiisk  (taper 42.881625, 47.657064 sur Google Maps pour le voir)

Soviet missile ekranoplan Lun aircraft, Russia photo 23

Revenons à nos Marcheux et Rouleux. Piètre distance ce matin, mais explicable et excusable puisque la visite guidée du Mémorial de Villers-Bretonneux et de celui de Le Hamel avait détourné une partie des participants habituels.
La distance parcourue a permis de sortir de la Mer Caspienne, tout juste, et de toucher terre à Fort Schewtschenko, au Kazakhstan. Vous allez avoir le temps d’y sécher, vu qu’il n’y a rien à y faire ou presque. Le Kazakhstan est un grand pays de steppes, qu’autrefois peuplaient des cavaliers nomades.
Le pays est indépendant depuis 1991. Les habitants s’appellent les Kazakhs ou les Kazakhstanais.
Vous pourrez aussi y rencontrer un animal bizarre (tout ce qui ne saute pas et qui n’a pas de poche me semble bizarre) qui s’appelle le chameau de Bactriane. Il faut savoir que dans mon pays, il y a aussi des chameaux, car les colons qui se lancèrent à la découverte de l’intérieur de l’Australie en importèrent comme animal de bât, parfaitement adapté au désert du centre de l’Australie.
Mais attention, le chameau peut devenir envahissant.



Nos Rouleux, en route vers l’Australie, se font de nouvelles amies (c’est une femelle).



La location des Rouleux pour la semaine qui vient, avec les groupies locales.

Heureusement le groupe de la visite guidée a été rejoindre nos Rouleux qui commençaient à se morfondre, n’ayant pas trouvé de dictionnaire Blangy-Tronvillois / Chameau.



Le groupe a pu faire la connaissance du sympathique Major Coburn de l’Armée australienne et a apprécié les commentaires de notre guide tout aussi sympathique, M. Sylvestre Bresson.

 

Un peu d’histoire Blangy-Tronvilloise :

La semaine dernière, je vous demandais où se situe cette photo :


Votre fourbe Petit Kangourou n’avait laissé aucun indice. Donc personne n’a pu trouver… vraiment fourbe !
Ce réseau de tranchée se trouve derrière le lotissement du Moulin, parallèle au Chemin d’Amiens.

 

 

Cette semaine, il n’y aura pas de devinette au sujet des tranchées car je n’arrivais pas à bondir assez haut pour prendre les photos. A la place, je vous annonce que le 17 novembre prochain, aura lieu à Blangy, une conférence sur l’archéologie de la Grande Guerre.
Save the date !

 

N’hésitez pas à écrire à votre petit kangourou préféré pour lui dire ce que vous pensez de ses élucubrations. Cela lui fera plaisir.

Boing Boing, à la semaine prochaine, je remets mon crayon dans ma poche.

 

 


(sources des illutrations de route Google maps, wikipedia, geoportail, internet (Droits réservés), photos des rouleux et marcheux. Nous remercions les auteurs pour leur compréhension)

Retrouvez les éditions les plus anciennes :

Editions 6 à 10

Editions 1 à 5